Capture

La situation des barrages s’améliore sensiblement

Les précipitations généralisées que connaît le Royaume depuis fin novembre 2020 ont nettement amélioré la situation des principaux barrages nationaux. Les retenues actuelles ont dépassé les réserves enregistrées à la même période de l’an passé.

Les barrages qui ont le plus bénéficié des différents passages de pluie au Maroc sont ceux relevant des bassins hydrauliques de Souss-Massa, du Tensift, de Sebou et du Loukkos. Le bassin de l’Oum Er-Rabia vient en dernière position.

Plus de deux milliards de m3 d’eau en 3 mois

Depuis le premier passage de pluie, intervenu vers fin novembre 2020, les principaux barrages nationaux ont gagné 2,3 milliards de m3 d’eau. Au 3 mars 2021, les retenues ont atteint environ 8 MMm3 (7.985 Mm3), soit un taux de remplissage de 49,7%, contre 36,5% (5,7 MMm3) au 23 novembre, avant les premières précipitations. Ce taux dépasse ainsi celui enregistré à la même période de l’an passé, qui était de l'ordre 47,5% (7,4 MMm3).

Certains barrages sont même remplis à plus de 100% et sont en débordement naturel. Après deux années successives de sécheresse, agriculteurs et citoyens sont enfin soulagés.

Plus 23 points dans les barrages du bassin de Souss-Massa

En trois mois, les barrages du bassin hydraulique de Souss-Massa (ABHSMD) ont été alimentés de plus de 170 millions de m3. Les retenues de ces structures ont atteint un total de 261 Mm3 au 3 mars, soit un taux de remplissage de 34,12%, contre à peine 12,31% avant les premières pluies, et ce à la faveur des récentes précipitations.

Cette amélioration a permis aux habitants et agriculteurs de la région de reprendre une vie normale depuis le 28 janvier dernier, notamment en mettant fin aux coupures d’eau potable le soir sur le Grand Agadir.

A titre d'exemple, le taux de remplissage du barrage Youssef Ben Tachfine, le plus grand de la région de Souss-Massa, a atteint 26,10% (78 Mm3), tandis que les réserves du barrage d'Aoulouz ont atteint 64,6 Mm3.

Les réserves de Moulay Abdellah s’élèvent, elles, à 32,3 Mm3, soit un taux de remplissage de 35,7%, et à 35,5 Mm3 (17,9%) pour le barrage Abdelmoumen à Tardoudant. Rappelons que ces deux structures alimentent le Grand Agadir en eau potable. Ahl Souss et Imi Lkheng sont quant à eux remplis à 100%, et ce depuis plus d'un mois.

Notons que la situation hydrique devrait encore s'améliorer dans la région, après l'entrée en service de la station de dessallement, dont les travaux devraient être achevés en avril.

Le Tensift en seconde position

Le sud du pays a pleinement profité de la succession des épisodes pluvieux, en particulier ceux des mois de janvier et de février.

"Il y a une nette amélioration des barrages relevant du bassin hydraulique du Tensift" qui alimentent la région de Marrakech-Safi, nous confirme une source au sein de ce bassin. "Pour le mois de février 2021, les apports en eau au niveau des barrages propres à ce bassin s’élèvent à 32,3 Mm3, ce qui est nettement supérieur à la même période de l’année passée, où les apports étaient à peine de 7 Mm3", précise notre interlocuteur.

"Globalement, nous avons actuellement un taux de remplissage de 51,6%, contre 40% un an auparavant", et 31% au 23 novembre dernier.

Pour le barrage Yaâcoub El Mansour, le plus important de la région, "le taux de remplissage avoisine les 48%, alors qu’à la même période de l’année dernière, il était à peine de 18%". Il en est de même pour Moulay Abderrahmane, qui est presque entièrement plein. D’une capacité totale de 64,4 Mm3, il est rempli à hauteur de 94%.

"Pour ce qui est du barrage Hassan 1er, il affiche, à la date d’aujourd’hui, un taux de remplissage de 26,5% (pour une capacité totale de 236 Mm3, NLDR)". Ce barrage relève du bassin hydraulique de l’Oum Er-Rabia, mais c’est celui qui alimente principalement la ville de Marrakech en eau potable, et la région du Haouz Central en eau d’irrigation, à travers le canal de transfert d’eau, dit de Rocade.

"Ces réserves permettront largement de satisfaire les besoins exprimés en termes d’eau potable et d'irrigation par les régions desservies par le bassin du Tensift", d’après notre source, qui note que la situation "s’est nettement améliorée dans toute la région Sud, si l'on compare avec la même période de l’année passée, notamment à Souss-Massa".

"L’apport en eau dans le sud du Maroc, durant les deux premiers mois de l’année, avoisine les 150 Mm3, ce qui est très important. Les dernières pluies sont également arrivées au bon moment, faisant le bonheur des agriculteurs. A mon avis, le rendement de la campagne agricole actuelle sera bon dans la région", conclut notre source.

Situation satisfaisante à Sebou

Les barrages relevant du bassin hydraulique de Sebou (ABHS), qui desservent principalement les régions du Gharb et de Fès-Meknès, ont gagné plus de 21 points, passant d’environ 52% de remplissage au 23 novembre dernier à plus de 74% au 3 mars, grâce notamment aux chutes de neige enregistrées depuis début janvier.

"Sur l’ensemble des barrages, on a un volume de retenues de 4,129 MMm3, stockées à date d’aujourd’hui dans les 11 barrages du bassin", nous apprend Noureddine Serrhini, responsable communication à l’ABHS.

"A la même période de 2020, on était à environ 64%. Il y a donc une nette amélioration, pratiquement d’une dizaine de points. Certains barrages sont quasiment à plus de 100% de taux de remplissage. Ils sont donc en déversement naturel, notamment les barrages Bab Louta et Bouhouda, de la province de Taounate".

Le Barrage d’Al Wahda, d’une capacité de plus de 3,5 MMm3, est lui rempli à hauteur de 79%, contre 51,7% au 23 novembre. "Ce barrage assure l’irrigation d’environ 100.000 ha au niveau de la plaine du Gharb, en plus de l’alimentation en eau potable des provinces de Taounate et Ouazzane principalement".

Comme pour les réserves des barrages du bassin de Tensift, ceux relevant du bassin de Sebou permettront également de "couvrir la majorité des besoins en terme d’irrigation et d’eau potable" dans les régions desservies, indique notre interlocuteur, ajoutant : "il y a également lieu de noter le pic assez marqué au début du mois de février en termes de pluie, qui a rehaussé le niveau de remplissage des barrages de ce bassin".

Oum Er-Rabia à la traine

Malgré les fortes précipitations généralisées, les 11 barrages du bassin hydraulique de l’Oum Er-Rabia n’ont gagné que 5 points en 3 mois. Ils affichent ainsi un taux de remplissage de 20,3%, contre 15,3% avant l’arrivée des premières pluies en novembre.

Le grand barrage de Bin El Ouidane dispose actuellement de 322,7 Mm3 d'eau (26,5% de remplissage). Ahmed El Hanssali est à 31,6% de remplissage (211 Mm3) et Al Massira à 12,3% (321 Mm3).

Par ailleurs, les barrages du bassin hydraulique du Loukkos, qui desservent la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, affichent, eux, un taux de remplissage de 80,4%. Des inondations ont même été enregistrées il y a quelques semaines à Tanger, faisant une trentaine de morts, et lundi 1er mars à Tétouan, causant d'importants dégâts matériels.

Couvert végétal correct

Les conditions climatiques au titre de la campagne agricole 2020-2021 augurent d’une évolution favorable de de la production agricole. En effet, les précipitations abondantes ont complètement absorbé le déficit pluviométrique enregistré à fin décembre 2020.

Selon les derniers chiffres dévoilés par la DEPF, le cumul pluviométrique au niveau national s’est situé à 189,5 mm au 31 janvier 2021, en augmentation de 26,1% par rapport à la campagne précédente et de 18,8% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Pour ce qui est du couvert végétal, d’après les dernières données publiées par le Centre Royal de télédétection spatiale, il s’est caractérisé, au terme du mois de décembre 2020, par une situation bonne à moyenne dans la majorité des régions du Royaume. Un constat confirmé par Abdelmoumen Guennouni, expert agronome, contacté par Médias 24. "Le couvert végétal est normal actuellement et la campagne agricole se déroule dans de bonnes conditions. Toutefois, il est encore tôt pour se prononcer sur son avenir". 

Lien article :  https://www.medias24.com/eau-la-situation-des-barrages-continue-de-s-ameliorer-17046.html