L’oued de Sebou prend sa source, sous l’appellation de Guigou, dans le moyen Atlas à une altitude de 2030 m. Il sillonne une longueur de 500 km avant d’atteindre son exutoire dans l’océan atlantique à Mehdia près de Kénitra, drainant une surface d’environ 40.000 km².

Réseau hydrographique :

Le bassin du Sebou renferme près du tiers des eaux de surface du Pays et peut être subdivisé de point de vue hydrologique en cinq ensembles :

  • Le Haut et le moyen Sebou, issu du moyen Atlas et drainant respectivement 6000 km² et 5400 km² ;
  • L’Inaouène vient de la région de Taza, au contact des domaines moyen-atlasiques et prérifain draine une superficie de 5200 km² ;
  • L’Ouergha, principal affluent du Sebou draine une superficie de l’ordre de 7300 km2 ;
  • Le Beht, qui a une superficie de l’ordre de 9000 km2, reçoit l’oued R’dom avant de rejoindre le Sebou dans la plaine du Gharb ;
  • Le bas Sebou, dont la superficie couvre environ 6000 km2, et qui constitue un chenal instable et insuffisant pour supporter les débits de crues.

Précipitations :

Les précipitations annuelles moyennes sur l’ensemble du bassin sont de 640 mm/an. Les valeurs minimales, comprises entre 400 et 500 mm sont observées sur les bassins du Haut Sebou, puis moyen Sebou et des vallées encaissées du Beht. Elles sont légèrement supérieures en bordures cotière et dépassent largement ces valeurs en zones de relief (700 à 900 mm en Moyen Atlas au-dessus d’Ifrane et plus de 1000 mm sur les reliefs du Rif qui constitue le bassin supérieur de l’oued Ouergha).

Deux saisons caractéristiques marquent la répartition saisonnière des précipitations :

  • La saison humide, d’octobre à mai, reçoit environ 90% des précipitations totales annuelles ;
  • La saison sèche, de juin à septembre, reçoit environ 10% des précipitations totales annuelles.

Apports en eau :

Les apports en eau du bassin s’élèvent à 5600 millions de m3 par an (moyenne sur la période 1939-2002), dont :

  • 2877 Mm3/an (57%) sont drainés par le bassin de l’Ouergha ;
  • 615 Mm3/an (13%) sont drainés par le haut Sebou ;
  • 363 Mm3/an (8%) sont drainés par le Beht.

Ces apports présentent une irrégularité dans l’espace et dans le temps. Le haut Sebou en amont du barrage Allal El Fassi se distingue par un écoulement pérenne grâce aux apports de sources notamment les sources Ain Sebou, Ain Timedrine et Ain Ouamender. Les autres affluents de l’oued Sebou, notamment l’Ouergha et l’Inaouène, ont un régime pluvial avec des crues très importantes pendant les saisons pluvieuses.

Imprimer Cette Page Imprimer Cette Page